Changer ses croyances

Des petits pas pour de grands résultats

S'abonner sur Spotify

Découvrez votre raison d'être

Pourquoi ce sujet vous intéressera t'il ?

Aujourd’hui nous allons voir comment changer ses croyances. Peut-être que vous demandez “pourquoi est-ce qu’on voudrait changer ses croyances?” Tout simplement parce que nos croyances induisent tout ce que nous vivons. Je vous explique tout ça dans le podcast.

Alors si tout n’est pas exactement comme vous le voudriez dans votre vie, écoutez ce qui va suivre parce que je vous propose une méthode très simple et très concrète pour adhérer à des croyances qui vont entraîner des conséquences que vous voulez voir dans votre vie.

Qu'est-ce qu'une croyance ?

Tout d’abord, qu’est-ce que c’est une croyance ? Une croyance c’est le fait de croire à l’existence de quelque chose. C’est croire que quelque chose est vrai. Par extension, on remplacer le terme croyance par conviction. Donc je ne parle pas ici seulement des croyances religieuses ou spirituelles. On a des croyances sur tout, sur nous-même, sur les autres, sur la société, sur le monde et sur comment les choses fonctionne. Si vous pensez que les hommes politiques sont tous des menteurs, c’est une conviction et donc une croyance puisque vous avez le sentiment que c’est vrai.

“L’homme qui voulait être heureux”

Dans ce podcast, je vous dévoile ce qui est expliqué dans le livre “L’homme qui voulait être heureux” de Laurent Gounelle. Alors si vous ne l’avez pas lu et que nous vous ne voulez pas être spoiler, quittez ce podcast et courez vite le lire. Je vous le recommande vivement, c’est l’un de mes livres préférés. Je pense que c’est même celui que j’ai le plus offert. Il a complètement changé ma vision de la vie. Je vous mets un lien vers le livre dans la description du podcast pour pouvoir le retrouver facilement. Si vous ne souhaitez pas le lire mais que vous aimeriez en connaître les enseignements, écoutez ce qui va suivre. 

Comme je vous le disais, nous avons tous une multitude de croyances et de certitudes et elles influencent directement ce qui se passe dans notre vie. Nous allons voir comment ça se passe exactement ?

Les conséquences de nos croyances

Pour reprendre un exemple du livre, vous pourriez avoir la croyance que le monde est dangereux. Imaginez quel serait votre comportement. Vous seriez certainement sur vos gardes. Puisque le monde est dangereux, il faut se méfier. Quelqu’un pourrait vous voler ou vous agresser. Vous pourriez trébucher sur un objet au sol. Des câbles électriques pourraient se décrocher et tomber près de vous. Vous allez donc être attentif à tout ce qui pourrait engendrer un risque autour de vous. Voyant une personne qui s’agite, vous pourrez interpréter cela comme un signe de danger. Peut-être a t-elle quelque chose à se reprocher ou elle prépare un mauvais coup. Vous serez également méfiant ou davantage sur la défensive. Si une personne vous adresse la parole ou vous demande l’heure c’est peut-être pour détourner votre attention. Vous répondriez donc probablement de manière fermée et rapidement pour vous débarrasser du gêneur.

A l’inverse, si vous pensez que le monde est beau, qu’il offre sans cesse des cadeaux et que les gens autour sont bienveillants. Vous seriez certainement souriant et décontracté en marchant dans la rue. Vous ouvrirez grands les yeux pour chercher les cadeaux de la vie. Vous remarquerez la maman oiseau qui nourrit son petit ou les fleurs dans les baquets. Si une personne s’agite, vous pourriez interpréter cela par le fait qu’elle est heureuse, voire excitée ! Peut-être vient-elle d’apprendre une bonne nouvelle. Si une personne vous approche, pour vous demander l’heure, pensant qu’elle est bienveillante, vous lui répondrez certainement aimablement et avec le sourire. 

2 personnes qui ont des croyances différentes auront une perception différente d’une même situation. C’est parce que notre cerveau est sélectif. Nous ne pouvons pas enregistrer et percevoir 100% des informations qui viennent à nous. Notre cerveau choisi d’en retenir certaines uniquement car elles paraissent utiles. Il faut donc bien comprendre que notre réalité est en quelque sorte subjective puisqu’elle est différente pour chacun.

Nos croyances induisent donc nos perceptions. Ce que nous percevons est donc orienté. En plus, il existe des biais cognitif, c’est en quelque sorte un choix que fait notre cerveau pour rendre les choses plus rapide. Les biais cognitifs sont des raccourcis que fait notre cerveau, à l’origine pour assurer notre survie. C’est un petit peu de l’ordre du réflexe cérébral. L’un des biais cognitif donc je voudrais vous parler aujourd’hui est le biais de confirmation. Notre cerveau va mettre son attention pour confirmer tout ce qu’il croit vrai. Cela signifie que nos croyances tendent naturellement à se renforcer. Une personne qui croit que le monde est dangereux va percevoir tout ce qui peut potentiellement l’être. ça lui confirme donc que le monde est dangereux.

Les croyances influencent notre comportement

Mais nos croyances n’orientent pas seulement nos perceptions, elles orientent aussi nos interprétations et notre comportement. Comme dans l’exemple précédent. Je caricature, mais si vous pensez que les personnes autour vous veulent du mal. Vous allez forcément être sur vos gardes et interpréter tout comportement extérieur inhabituel comme une source de risque. Maintenant, imaginez les personnes qui sont autour de vous, il y a des chances pour qu’elles vous répondent de façon fermée si vous l’êtes avec elles. Donc encore une fois, nos croyances induisent notre comportement qui a lui-même une influence sur le comportement que les autre ont avec nous.

Les croyances limitantes

Nous avons vu que les croyances orientent notre perception, nos interprétations ces perceptions et notre comportement. Et ces derniers vont bien souvent venir confirmer nos croyances, donc la boucle est bouclée. C’est tout simplement un système de cause conséquences.

J’aime à dire que tout comme pour les habitudes, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises croyances mais que nos croyances entraînent des conséquences. Chaque croyance a des avantages et des inconvénients. En ce qui concerne les exemples de tout à l’heure, la personne qui pense que le monde est dangereux, aura peut-être de moins bonne relations sociales mais sera certainement plus prévoyante et mieux préparé que celle qui est convaincu que le monde lui veut du bien. Alors l’idée n’est pas de catégoriser des croyances comme bonnes ou mauvaises, mais plutôt d’identifier les conséquences de ses croyances et de se demander si elles entraînent ce que nous voulons voir dans notre vie.

Il y a notamment ce qu’on appelle “les croyances limitantes”. Vous en avez certainement déjà entendu parler. Et comme le reste des croyances, elles peuvent être à propos de sois-même, des autres ou encore de la vie. Elles pourrait-être “on ne peut pas être heureux dans cette société”, “il n’y a plus d’entraide”, “je suis trop jeune ou trop vieux pour faire ça”, etc. Elles sont limitantes, parce que, si par exemple je pense que je suis trop vieille pour faire quelque chose, évidemment je ne risque pas d’essayer. Et si n’essaye pas, je suis sûre de pas réussir. Ou bien si j’essaye, comme mon cerveau tentera de confirmer ma croyance, il mettra les mécanismes en place pour que ça se passe comme il l’a prévu. Les croyances limitantes sont celles dont les conséquences nous empêchent d’atteindre un résultat que nous voulons.

D'où viennent les croyances ?

Maintenant, vous vous demandez peut-être aussi, d’où viennent ces croyances? Dans “L’homme qui voulait être heureux”, il est expliqué qu’une grande partie viennent de notre enfance, de phrases qui ont été dites par nos parents ou nos enseignants par exemple. Certains ont grandi avec “tu n’es qu’un bon à rien”, d’autre avec “si tu veux, tu peux y arriver”. Le résultat est que ceux qui pense n’être bon à rien n’essayent souvent même pas ou se sabotent eux-même, alors que ceux à qui on a dit l’inverse, tentent leur chance et se donnent les moyens. Mais les croyances peuvent aussi venir de constats généralisés. Si un élève est moqué à chaque fois qu’il se trompe, il pourra généraliser “quand je parle on se moque de moi”.

Il est difficile de se défaire d’une croyance, pour les raisons que nous avons vu au début et notamment à cause du biais de confirmation. Lorsque l’on est persuadé de quelque chose, il est difficile d’adhérer à l’inverse. Toutefois c’est possible. Eh oui, sinon il n’y aurait jamais de changement dans notre vie ! 

Une croyance n’est en faite qu’une pensée profondément ancrée. C’est comme pour les habitudes, c’est une pensée que l’on a pensé un grand nombre de fois, si bien qu’elle est devenue automatique. On retrouve ici encore le système du chemin neuronal. Si une pensée était un chemin, plus vous passez sur le chemin et plus vous l’entretenez. Mais vous pouvez décider un jour de dévier de ce chemin pour aller dans une autre direction et arriver à un autre endroit. Alors au début ce sera difficile, le nouveau chemin n’est pas tracé, les herbes sont hautes, il est encombré, mais plus vous passerez et plus ce sera facile.

Comment changer ses croyances ?

Alors comment fait-on pour changer de chemin ou plutôt de croyance? Je vous l’ai dit, une croyance est une pensée à l’origine. Et ce qui est formidable, c’est que nous pouvons choisir nos pensées! Personne ne peut nous forcer à penser quelque chose contre votre gré. Nous sommes libres de penser ce que nous voulons! Certains me diront “je ne peux pas croire que je suis un chat”. Eh ben si en fait, vous pourriez très bien parvenir à développer la croyance que vous êtes un chat, alors ça ne ferait pas de vous biologiquement un chat. En revanche, cela entraînerait forcément des conséquences sur votre vie. Et je vous rappelle que c’est en fait ça l’objectif : enclencher un cercle vertueux, grâce à une croyance qui entraîne des conséquences que vous souhaitez.

Alors on ne peut pas vous forcer à penser quelque chose en revanche, vous le savez certainement, il est possible de vous influencer. Cela a été très utilisé par le passé, notamment pendant la guerre froide, vous l’aurez reconnu, c’est la propagande ! De nos jours, il existe toujours des techniques très efficaces qui sont appliqués dans le cadre du marketing ou de la publicité. Il est certain que si les entreprises y investissent des milliards d’euros, c’est que c’est efficace.

Ce que je vous propose, c’est d’utiliser l’une de ces techniques de persuasion, pour vous auto persuader dans un sens qui vous intéresse. L’une des plus simples pour ancrer un message est la répétition. Alors pour changer vos croyances, c’est finalement d’une grande simplicité, il s’agit de prendre l’habitude de répéter une pensée que vous souhaiteriez transformer en croyance. C’est comme faire de la propagande ou de la publicité auprès de votre cerveau sauf que c’est vous choisissez le message.

Je vais vous expliquer comment choisir votre ou vos pensées à répéter. Nous appellerons ça une affirmation. Tout d’abord, demandez-vous ce que vous voulez. Au début du podcast, je vous ai invité à l’écouter si tout n’est pas exactement comme vous le souhaitez dans votre vie. Ici, il vous suffit de noter ce que vous voudriez. C’est à dire les conséquences que vous voulez voir dans votre vie. Je pense à un exemple classique “vous voudriez avoir plus d’argent”. Peut-être avez-vous la croyance limitante qu’il est difficile de gagner de l’argent. Je ne vous refais pas le schéma, mais vous êtes tellement occupé à observer tout ce qui confirme cette croyance que vous laissez peut-être passer tout ce qui montre le contraire et qui vous serait certainement beaucoup plus utile. Vous auriez peut-être plutôt intérêt à penser “il est facile pour moi de gagner de l’argent”. En conséquence de cette croyance vous serez surement bien plus observateur sur toutes les activités possibles qui permettent de gagner de l’argent facilement.

Il est fort probable qu’au départ, la croyance soit tellement ancrée que vous n’arriviez pas à adhérer à la pensée qui dit l’inverse. C’est tout à fait compréhensible! Vous avez cru l’inverse pendant des années, ce chemin est très bien tracé dans votre esprit alors que l’autre est presque impraticable. Dans ce cas, utilisez la méthode Kaizen, la méthode des petits pas. Déviez légèrement au lieu de prendre un virage brusque. L’affirmation pourrait alors être du type “certaines personnes arrivent à gagner de l’argent facilement” et petit à petit, quand vous vous en sentirez convaincu, vous pourrez vous dire “je peux gagner de l’argent facilement”.

Petite précision, il est important que l’affirmation soit formulée de manière positive. La raison est très simple, si je vous dit de ne pas penser à un éléphant, votre cerveau comprends “éléphant” et ne sait pas ne pas penser à un éléphant. De la même façon, si vous vous dites “je n’ai pas de difficultés à gagner de l’argent”, vous allez faire une mauvaise propagande pour votre cerveau. Formulez aussi ces affirmations au présent, pour les mêmes raisons, c’est plus évident pour le cerveau. 

Vous pouvez écrire ces affirmations dans un carnet ou sur votre téléphone, jusqu’à une 10aine. Ensuite, comme vous l’avez compris, c’est avec la répétition que ces pensées se transformeront en croyances qui induiront des conséquences dans votre vie. Donc plus vous les répétez et plus le résultat devrait être rapide. Mais ne soyez pas impatient, surtout si la croyance était ancré depuis des années, il faut aussi que l’ancien chemin s’efface petit à petit. 

 

Stimulus - Action - Résultat : Changer ses croyances

Je vous propose un modèle de stimulus action résultat pour vous aider à mettre en place cette habitude dans votre vie. Comme souvent je vous propose de faire ça plutôt le matin ou le soir, mais sentez-vous libre de mettre en place vos propres habitudes au moment le plus propice pour vous. Vous vous brossez certainement les dents tous les matins, vous pourriez utiliser cette action comme stimulus, et en plus elle marche aussi pour le soir!

L’action est simple, ayez sur vous les affirmations que vous avez choisies et rédigées. Lisez-les à voix haute, si possible au moins 3 fois. Si vous n’êtes pas seul et que vous ne souhaitez pas être entendu, vous pourriez soit choisir un moment où vous êtes seul, soit les lire en les répétant et les entendant dans votre tête. Il s’agit de pensées alors ça fonctionne aussi après tout! Cela prend généralement moins de 2 minutes. Mais si ça vous paraît trop alors ne gardez qu’une affirmation, la plus importante pour vous, peut-être celle qui va à l’encontre de la fameuse croyance limitante qui vous gâche la vie. Et répétez la au moins une fois par jour après le brossage de dents et si possible dès que vous avez un temps mort. 

Le résultat c’est qu’à force de pratiquer cette pensée, elle va se transformer en croyance et que cette croyance va engendrer de nouvelles conséquences dans votre vie.

Note de l'épisode : Changer ses croyances

Pour une question, envoyez un mail à : contact@lesbienetre.com

L’homme qui voulait être heureux: https://amzn.to/31KkFMu

Extrait Boutique

Ces épisodes pourraient vous intéresser

Titre de l'épisode

icone les bien-etre

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Titre de l'épisode

icone les bien-etre

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Titre de l'épisode

icone les bien-etre

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.